Les uns prennent parti pour la Palestine. Les autres pour Israël. Leur émotion est sincère, mais mauvaise conseillère. Les Juifs comme les Palestiniens vivent dans la peur. Quand un porte-parole du CRIF affirme sur une émission de la 5  « C dans l'air », que le Hamas crée la guerre civile en France, il croit défendre Israël, mais en fait, il milite pour le Hamas dont l’objectif est d’internationaliser le conflit par le buzz. C’est la dernière arme du Hamas totalement isolé. Et ce brave représentant du CRIF apporte de l’eau au moulin du Hamas. Netanyaou de son côté a pour seul intérêt l’opinion du peuple d’Israël . Il n’a pas pour souci d’émouvoir à l’échelon international comme le Hamas. Le Hamas comme le Likoud, le parti de Netanyaou, a la même attitude, le même but : prendre son peuple en otage. La paix n’est pas son objectif. Plus il y aura de morts parmi les leurs, plus ils auront des arguments pour affirmer le bien-fondé de leur attitude mortifère et sans issue. Netanyaou a saboté toutes les tentatives de paix. Il va certainement continuer.

Avraham Burg , personnalité juive de gauche, a fait paraître un très bon papier dans le monde du 19 juillet. Sa thèse est la suivante : parler de solution à deux États c’est accepter un vieux concept de la partition, concept qui a trente ans. Or les frontières ne signifient plus rien aujourd’hui. Ce qui se passe en Syrie et en Irak le prouve. Son idée « est qu’il faut une structure politique à trois niveaux : le niveau constitutionnel, où chacun aurait des droits identiques, l’organisation collective, qui prévoirait l’autodétermination dans  un État israélien ou un état palestinien, et la superstructure, une confédération entre les deux États . Ce serait un micro exemple du concept de l’Union européenne. »Il ajoute que le concept de démocratie ethnique, et d’État juif est un oxymore, soit deux réalités totalement incompatibles. Et je le pense aussi. Il considère qu’il n’y a pas de différence entre ceux qui ont tué les trois  Israéliens près de Gouch  Etzion et  ceux qui ont tué le Palestinien à Chouafat. C’est cette soif de vengeance qui est bien notre ennemie. La solution est politique. Mais voici que chaque fois qu’un leader politique d’envergure parle de paix, il est assassiné.

Les U. S. considèrent qu’il est de leur intérêt de soutenir Israël qui garantit l’accès pour eux au pétrole. Mais voici qu’ils n’ont plus besoin de pétrole. En effet, ils exploitent maintenant le gaz de schiste. Vont-ils  commencer à lâcher Israël ? On pourrait donc espérer qu’Israël finisse par comprendre que son intérêt n’est  plus de saboter systématiquement la paix. Seule pourtant, une intervention internationale peut faire cesser le conflit et amorcer un processus de paix en imposant la présence d’une force internationale pour désarmer le Hamas, désenclaver Gaza, et faire cesser la colonisation.
Tant que Gaza restera une prison à ciel ouvert, les Gazaouis seront enragés et désespérés. Israël a affaibli par le passé l’autorité palestinienne au profit du Hamas. Israël persévère dans l’erreur qui conduit finalement le Hamas à devenir son interlocuteur, au détriment du Fatah qui œuvrait pour la paix.

Abraham était le père d’Isaac et d’Ismaël. Sarah, la femme d’Abraham était stérile. Elle se fit remplacer par Hagar et Ismaël naquit de cette union ( Genèse 16) . Il n’a jamais été exclu de la descendance d’Abraham. Ismaël et Isaac se retrouveront réunis en tant que frères à l’enterrement de leur père. Il serait temps que les enfants d’Isaac et d’Ismaël s’en souviennent et s’associent enfin pour que la paix s’installe au Moyen-Orient. Tout comme eux, le monde entier y gagnerait.